Slow Boeuf .. ?

Monteneuf, le 8 septembre 2021

.

A la ferme de la Cadehoule, on ose transgresser les lois de la littérature en imaginant des mots nouveaux, pour imager un monde nouveau.

Le « Slow-boeuf » serait un boeuf qu’on aurait sorti de notre tragique ordinaire, extrait de la cadence effrénée à laquelle on se permet désormais d’élever la majeure partie de notre bétail au sein (et au secret) de nos chères exploitations agricoles. Ce boeuf-là aurait été élevé sur un rythme lent, au gré de sa maturité, à mesure que l’herbe pousse, pianissimo lorsque l’hiver durcit la terre, allegretto lorsque le printemps la ravive. Ce faisant, on l’aurait domestiqué sans frénésie, en lui laissant le temps de nous estimer et de prendre confiance en chacun de nos gestes. Ces gestes, même, auraient été modérés, doux, presque gracieux, comme peut l’être un corps humain qui travaille sans se contraindre, et comme l’est rarement la brillante et bruyante machine agricole. Et quelle patience il nous aurait fallu pour en maturer la viande, et quelle application pour la découper puis la cuisiner à notre goût, consciencieusement.

Allo, monsieur Larousse, vous reste-t-il une petite place entre « Slovène » et « Smaltine »?

Mathieu Launay

.

Et pour celles et ceux qui veulent en savoir plus sur mon parcours et mes affinités, c’est ici…, ou voir une vidéo où je parle de mes premières années paysannes, c’est là…., ou m’entendre parler de mon projet sur Canal B, c’est là-bas.

Photographie : toutes les images que vous verrez sur ce site ont été « capturées » sur la ferme de la Cadehoule. Merci à Daniel, Marie, Stéphanie et Jacqueline pour leur contribution.

Archives : LettreVerte de mars 2019, février 2020, septembre 2020 et avril 2021