Bocage et biodiversité

Dans nos campagnes, on constate un déclin préoccupant de la biodiversité environnante sur les 25 dernières années : en France, la population d’oiseaux en espace agricole a baissé de 33% et, en Europe, la population d’insectes volants a chuté de 74%.

Parmi les causes de ce dépérissement, outre les utilisations massives et inappropriées d’insecticides, on identifie la fragmentation des habitats naturels engendrée par la raréfaction des paysages bocagers.

Aussi ai-je choisi de favoriser la présence de haies et de talus sur la ferme, autour des parcelles paturées par les boeufs, en m’appuyant sur quelques techniques de gestion* destinées à répondre aux besoins de nombreuses espèces animales (oiseaux, insectes, petits mammifères) :

– Plantation d’un maillage d’espèces qui fleurissent et fructifient tout au long de l’année

– Maintien de 4 strates végétales au coeur de la haie (herbacée, buissonnante, arbustive et arborée)

Entretien hivernal sélectif (à la scie ou la tronçonneuse) pour une intervention plus précise, plutôt qu’à la machine (lamier, épareuse) qui favoriserait l’apparition de maladies sur les arbres.

Régénération naturelle de la haie et apparition spontanée de végétation sauvage (ronce, chevrefeuille..)

– Présence d’arbres morts ou creux dans la haie, qui permettent la survie d’espèces au statut de conservation parfois préoccupant (champignons, oiseaux et mammifères cavicoles, dont les chiroptères arboricoles)

.

Variété des paysages sur la ferme de la Cadehoule